Vous êtes ici Informations / Fiches espèces / Petite faune / Sédentaire / Perdrix grise des Pyrénées

Perdrix grise des Pyrénées


Nom LATIN: 
Perdix perdix hispaniensis
Images
Les images qui caractérisent l'espèce
photo_espece: 
schema: 

Gallinacé de la famille des Phasianidés, la perdrix grise de montagne se distingue des Tétraonidés (gélinotte, tétras, lagopède) par ses narines découvertes, ses tarses non emplumés et l’absence de franges cornées sur les doigts. En Europe, c’est la
seule des 8 sous- espèces de perdrix grise qui peut être considérée comme montagnarde.
Toutes nichent au dessus de 1000 m. La sous-espèce pyrénéenne- Perdix perdix hispaniensis- est également présente dans les monts cantabriques en Espagne.
L’isolement géographique ainsi que les pressions de sélection du milieu montagnard ont favorisé l’évolution de caractères morphologiques propres. Elle se distingue en effet de la perdrix grise de plaine par un plumage plus sombre, des tâches noires plus nombreuses sur la partie rousse de la queue, un fer à cheval plus foncé, un bec plus large, un dimorphisme sexuel moins marqué et un poids plus léger). La perdrix grise des Pyrénées est, parmi les sous-espèces de perdrix grise, celle qui présente la plus grande diversité génétique. Ce patrimoine mérite donc d’être préservé par l’interdiction des lâchers de perdrix grise d’élevage.
Une forme primitive de perdrix grise (Perdix palaeoperdix) existait au pléistocène dans les Pyrénées. Les hommes préhistoriques chassaient régulièrement les perdrix et les tétraonidés sur notre territoire.

types_milieux
Types de milieux fréquentés

Piémont-Garrigue-Maquis
La perdrix grise est absente de cet habitat.
Plaine-Littoral
La perdrix grise est absente de cet habitat.
Montagne-Forêt
C’est l’habitat de prédilection de la perdrix grise de montagne. On la retrouve sur tous les massifs montagneux du département à l’exception de celui des Albères. Les tranches d’altitude régulièrement fréquentées sont comprises entre 1000 et 2500m. Avec une préférence pour les soulanes exposées Sud-Sud-ouest, les jasses mais également les cirques dont la forte pente assure un déneigement rapide.
La perdrix grise se replie également facilement sur les zones boisées de pin à crochet. En été et en Automne, elle déborde timidement sur l’habitat du lagopède
alpin ; il lui arrive alors de fréquenter les versants nord, les landes rases et les pelouses alpines.

Habitat – Paysage cynégétique

Les paysages cynégétiques comprennent les étages de végétation de l’étage subalpin supérieur en versant sud, plus particulièrement les séries de dégradation
correspondant aux landes à genêt purgatif et les groupements graminéens à Festuca spadicea résultant de la disparition par l’incendie du genêt.
En versant sud, ces landes ont fait l’objet dans le passé de cultures en terrasses d’altitude. Le genêt purgatif, utilisé comme combustible d’allumage des
feux domestiques était prélevé. Les vides ainsi libérés étaient rapidement colonisés par une végétation herbacée prisée des troupeaux de moutons guidés en
fonction de la saison.
Aujourd’hui, la fermeture de ces landes et leur évolution progressive vers la forêt climacique, réduit l’extension de la perdrix grise, tout autant que l’absence des bonnes plantes qu’apportait la maigre agriculture
d’altitude.
L’écologie de cette espèce est très homogène dans la bande altitudinale comprise globalement entre 1000m et 2500 m.Les soulanes à genêt purgatif présentent des groupements végétaux à affinités oro-méditerranéennes marquées qui leur confèrent des caractères très constants.
La chasse au chien d’arrêt dans ces biotopes se pratique dans tout l’ensemble des pays de notre département.

Inviter un ami

Recommander fdc66.fr à :
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 1 utilisateur et 10 invités en ligne.